L’ASF met en place une initiative «indestructible» pour les filles de 5 à 8 ans en collaboration avec l’UEFA

L’UEFA Playmakers utilise une approche narrative innovante mettant en scène des personnages de Disney très appréciés, afin que davantage de filles se rendent compte de la satisfaction que des activi-tés physiques telles que le football peuvent leur apporter.

Grâce au programme UEFA Playmakers, les filles en Suisse seront encouragées à développer une passion pour le football, qui pourrait durer toute une vie. Ciblant les filles de 5 à 8 ans qui ne jouent pas encore au football, la Suisse se joint à 22 autres associations nationales membres de l’UEFA, qui organisent l’UEFA Playmakers dans des écoles et des clubs régionaux. D’autres associations devraient introduire ce programme dans les années à venir.

Mouvement, esprit d’équipe et imagination
Le programme de football UEFA Playmakers n’a rien de traditionnel: en effet, chacune des dix premières séances d’entraînement est basée sur les dessins animés La Reine des Neiges II et Les Indestructibles 2. Équipé(e)s de ballons, de cônes et de casaques, des entraîneur(e)s formé(e)s encourageront les participantes à se glisser dans la peau de personnages populaires tels qu’Élastigirl, Elsa ou Anna, et à donner vie aux scènes de ces films grâce au mouvement, à l’esprit d’équipe et à leur imagination.

«Le football féminin est l’une des quatre priorité stratégiques de l’Association Suisse de Football», explique Tatjana Haenni, Directrice du Football Féminin. «L’un des objectifs définis est de faire du football le sport le plus populaire auprès des filles. Les statistiques montrent que la majorité des filles ne commencent à jouer au football qu’entre 8 et 10 ans et que deux tiers des clubs suisses n’ont pas d’équipe exclusivement féminine. L’UEFA Playmakers soutient les efforts de notre Association pour proposer du football aux jeunes filles de 5 à 8 ans dans toute la Suisse et dans toutes les régions linguistiques. De cette manière, nous permettons aux filles, ainsi qu’aux garçons, de découvrir le football en s’amusant, en développant leur imagination et leur esprit de solidarité.»

Le président de l’ASF, Dominique Blanc, se montre également enthousiaste: «Nous considérons qu’il s’agit d’une belle opportunité pour l’Association Suisse de Football d’être active dans ce programme UEFA Playmakers. Depuis longtemps, nous observons que beaucoup de jeunes filles de notre pays montrent de l’intérêt et aiment le football, mais qu’elles hésitent à s’inscrire dans un club ou une équipe.» D’autre part, le président explique pourquoi il est judicieux d’entraîner les filles de manière adaptée à leurs besoins: «En organisant des entraînements ludiques et mieux adaptés à leur nature et à leur âge, nous nous donnons une vraie chance d’augmenter le nombre de jeunes filles licenciées dans nos clubs. Pour le football, c’est un enjeu essentiel et une chance de croissance considérable que nous devons saisir en répondant au mieux aux attentes de 50% de la population. Nous sommes, par ailleurs, convaincus que les femmes ne font qu’apporter des plus-values dans notre sport.»   

De nouvelles histoires Disney seront ajoutées au projet UEFA Playmakers au fur et à mesure.

Créer un environnement propice à l’épanouissement des filles
Les premières séances d’entraînement de l’UEFA Playmakers sont axées sur le renforcement de la confiance des filles en elles-mêmes et en leurs mouvements, tout en les encourageant à réfléchir de manière créative et à communiquer librement avec leurs amies. Lors des séances suivantes, les filles découvrent les gestes de base du football et continuent à faire du sport en s’amusant.

Coumba Sow, joueuse de l’équipe nationale et ambassadrice du projet, ne peut cacher son enthousiasme pour l’UEFA Playmakers: «Ce programme est une excellente initiative puisque le plaisir en est l’essence. Il s’agit d’une manière fantastique d’encourager les jeunes filles à jouer au football. Elles adorent Disney, ce qui permet de réaliser de grandes choses. Je pense que c’est une idée formidable, notamment parce qu’elle met l’accent sur le travail d’équipe, l’amitié et les compétences sociales. Grâce aux entraînements UEFA Playmakers, les filles apprennent des choses non seulement pour le football, mais également pour la vie. Je trouve ça génial.»     

À son tour, Silvan Widmer, joueur de l’équipe national et ambassadeur du projet, reconnaît dans le programme UEFA Playmakers une opportunité pour le football féminin: «Quand je lis football et Disney dans la même phrase, je ne peux que sourire. Quand j’étais enfant, je regardais souvent des films Disney, lorsque je n’étais pas à l’école ou que je ne jouais pas au football. À présent, je me réjouis de les regarder avec mes filles. En tant que père et footballeur professionnel, je pense qu’il s’agit d’une magnifique initiative et j’espère que ce projet encouragera les filles à commencer à jouer au football.»  

L’UEFA a financé une étude sur l’apprentissage par le jeu
L’apprentissage par le jeu, une approche unique qui constitue la base du programme UEFA Playmakers, suit les résultats d’une étude de la littérature existante réalisée par l’Université Leeds Beckett en Angleterre et commanditée par l’UEFA. Cette étude analyse les recherches académiques ayant porté sur les motivations des jeunes filles à faire du sport, en identifiant les meilleures méthodes d’entraînement pour créer un environnement sûr et propice à l’apprentissage. Les résultats de cette analyse mettent en exergue les avantages de l’apprentissage par le jeu.

Les parents qui veulent en savoir plus sur l’UEFA Playmakers peuvent consulter le site internet www.football.ch/playmakers. 25 clubs suisses participent au projet UEFA Playmakers.  

(ASF)

retour