Pourquoi tous les enfants profitent de « play more football »

  • 04.12.2020

Le plaisir et la motivation de tous les enfants sont au centre de « play more football ». Ils bénéficient de plus de temps de jeu et font ainsi l'expérience d'actions de jeu plus techniques-tactiques aussi bien « réussies » que « non réussies ». Grâce au nouveau format de jeu combiné, ils bénéficient également des avantages des petits et grands terrains et apprennent ainsi de manière plus polyvalente et variée qu'auparavant.

Les avantages de jouer sur un petit terrain : plus d'actions de jeu (tirs, buts, passes, dribbles, duels) par enfant, vivre différentes situations de jeu et prendre des décisions rapides avec et sans le ballon dans un petit espace, une plus grande participation - tous les enfants sont impliqués et peuvent montrer leurs compétences.

Les avantages de jouer sur le grand terrain : apprendre les positions de jeu et l'orientation sur le terrain, exécuter des sprints et des passes plus longues, jouer sur un grand but avec un/e gardien/ne de but.

Les avantages de jouer sur le petit et le grand terrain (« play more football ») : plus de temps de jeu, plus d'actions et de moments d'apprentissage, un entraînement plus polyvalent, plus de plaisir et de motivation pour tous les enfants.

 

« Dans les tournois, l'objectif est toujours de gagner le plus possible, mais il est prioritaire que tous les enfants soient impliqués et puissent apprendre de la compétition. »

Joy Lara Walker, responsable du football des enfants Suisse allemande

 

Problèmes de la situation actuelle et solutions avec « play more football »

Situation actuelle : les enfants forts et très développés (joueurs*euses « dominants ») sont particulièrement sollicités dans les matchs de compétition (entre autres, l'influence de l'effet de l'âge relatif), ce qui augmente encore les différences au sein de l'équipe et désavantage les autres enfants.

Solution : plus de temps de jeu en tournoi pour tous les enfants (joueurs*euses « dominants » et « non-dominants ») grâce à des équipes plus restreintes et donc moins de remplaçants.

Situation actuelle : les enfants moins développés peuvent se cacher sur le grand terrain ou ne sont pas inclus, de sorte qu'ils n'ont presque jamais de moments de jeu et d'apprentissage.

Solution : des tournois également sur le petit terrain, où tous les enfants (joueurs*euses « dominants » et « non-dominants ») participent aux actions et apprennent.

 

« Sur le petit terrain, les enfants doivent prendre des décisions plus rapides et participer plus activement au jeu. Par exemple, ils font plus de passes, plus de dribbles et marquent plus de buts. Les enfants les moins développés et les joueurs*euses dominants en profitent tous - la promotion du football devient plus variée pour eux que s'ils ne jouaient que sur le grand terrain. »

Dominik Müller, chef du football des enfants

retour