Credit SuisseVolkswagenSwissCarl F. BuchererPumaSRG SSR

La Suisse sort la France aux tirs au but

  • 28.06.2021

La Suisse a signé le plus bel exploit de son histoire à Bucarest en 8e de finale de l'Euro.

La sélection de Vladimir Petkovic a sorti la France, championne du monde en titre, 5-4 aux tirs au but à Bucarest. Elle affrontera l'Espagne vendredi en quart de finale à St-Pétersbourg.

Granit Xhaka et ses équipiers ont témoigné d'une immense force de caractère. Ils se sont en effet retrouvés menés 3-1 à la 75e, après avoir vécu 20 minutes cauchemardesques. A la 55e, la Suisse avait en effet bénéficié d'un penalty, toutefois manqué par Ricardo Rodriguez alors que les Bleus étaient menés 1-0.

Les Helvètes ont arraché le 3-3 à la 90e sur un but de Gavranovic, alors que Seferovic avait signé un doublé (15e et 81e). Ils ont forcé la décision dans la séance des tirs au but, Yann Sommer détournant l'ultime penalty tiré par la superstar Kylian Mbappé.

"Je suis fier de cette équipe, de ces 120 minutes de jeu contre les Champions du monde, lance Vladimir Petkovic dont le coaching fut déterminant. Nous savons réagir à chaque fois que nous accusons un coup d'arrêt. Nous l'avons démontré ce soir. Nous avons aussi apporté des petites modifications dans notre jeu par rapport à la rencontre contre la Turquie."

"Tous les Suisses peuvent être fiers de cette équipe, souligne pour sa part Granit Xhaka. J'ai toujours dit que nous allions écrire l'histoire. Nous avons témoigné d'une très grande force de caractère. Lorsque Seferovic a inscrit 3-2, nous étions convaincus de pouvoir revenir au score. Maintenant, tout le monde doit être conscient que nous n'avons pas éliminé une équipe lambda, mais les Champions du monde en titre."

Héros de la séance des tirs au but avec son arrêt décisif sur la frappe de Kylian Mbappé, Yann Sommer souligne que les Suisses "avaient fait la promesse de se battre jusqu'à leurs dernières forces." "Nous l'avons fait et au final, c'est nous qui passons, poursuit-il. C'est un sentiment incroyable." Le Bâlois avoue, par ailleurs, que "les Français étaient forts mais qu'ils furent, à un moment donné, un peu trop arrogants."

 

 

Télégramme Suisse - France 3-3 (3-3, 0-1) a.P., 4-5 a.P

 

(ASF/Keystone-ATS)

retour