Assemblée des délégués de l'ASF - Focus sur l'élection présidentielle et la mise en œuvre du « Rapport Heusler »

Le Comité central de l'Association Suisse de Football a formellement convoqué aujourd'hui l'Assemblée ordinaire des délégués. Celle-ci se tiendra le 18 mai 2019, à partir de 9h30, à la « Maison du Sport », au Centre Talgut à Ittigen.

Les points les plus importants à l'ordre du jour sont l'élection d'un nouveau Président central de l'association et la modification des statuts pour la mise en œuvre du « Rapport Heusler ».

Jean-François Collet (actuellement membre du Comité de la Swiss Football League), Kurt Zuppinger (jusqu'en 2014, président de la Première Ligue et vice-président de l’ASF) et Dominique Blanc (actuellement président de la Ligue Amateur et vice-président de l’ASF) postulent à la succession du Président central sortant, Peter Gilliéron. Ainsi, chacune des trois sections de l’ASF envoie son propre candidat à la course à la présidence. La SFL compte 28 délégués avec une voix chacun, la Première Ligue 26 et la Ligue Amateur 47. Au premier tour, la majorité absolue des 101 voix des délégués est requise ; au second tour, la majorité simple est requise. Le candidat ayant obtenu le moins de voix au premier tour ne peut pas participer au second tour.

Dans le cadre du « Rapport Heusler », commandé par l’ASF, la société HWH, représentée par Bernhard Heusler et Georg Heitz, respectivement ancien président et directeur sportif du FC Bâle 1893, avait proposé en novembre dernier diverses mesures pour professionnaliser l'organisation, les processus et la communication autour de l’équipe nationale masculine. Entre autre, la nomination d’un directeur à temps plein à la place d'un délégué honoraire, qui s'occupera des intérêts de l'équipe nationale masculine.

La mise en œuvre de cette proposition nécessitera l'adaptation des statuts de l’ASF par l'Assemblée des délégués. Conformément au « Rapport Heusler », le Comité central propose à l'Assemblée des délégués que le nouveau directeur soit responsable des équipes nationales masculines A et M-21. En outre, le comité central est habilité à subordonner d'autres équipes nationales masculines, comme féminines, au potentiel nouveau directeur. La règlementation statutaire demandée par la SFL, selon laquelle le nouveau directeur devrait dès le début être responsable de toutes les équipes nationales de l’ASF (équipes A et M masculines et féminines), n'a pas trouvé la majorité au sein du Comité central.

(ASF)

retour