• Fonds du Sport Vaudois

Commission de recours

DE LA RESPONSABILITE ACCRUE D’UN ENTRAINEUR JUNIORS

  1. Un entraîneur est le leader d’un groupe de sportifs. Mais un entraîneur de juniors, c’est plus que ça : c’est un modèle. Il a donc une responsabilité accrue, de sorte que les instances disciplinaires de l’ACVF considèrent que tout écart doit être sanctionné de manière particulière.

  2. En ce mois de janvier 2016, la CJFP puis la Commission de Recours ont sanctionné un entraîneur de juniors de plusieurs mois de suspension et d’une amende de Fr. 500.- pour son comportement parfaitement indigne au cours d’un match. Un inspecteur avait assisté à ce match et avait eu son attention attirée par cet entraîneur quasiment hystérique sur le bord de la touche qui réclamait systématiquement, vociférait, insultait l’arbitre, ceci devant ses remplaçants, lesquels s’étaient bien sûr rapidement joints à leur leader pour manquer de respect, et c’est un euphémisme, à l’égard de l’arbitre.

  3. L’ACVF d’une manière générale est très sensible au respect des arbitres. Lorsque des manquements aussi flagrants sont établis, elle les sanctionne sévèrement. Mais lorsqu’il s’agit de surcroît d’un entraîneur de juniors, la sanction est encore lourdement aggravée.

  4. Là où un entraîneur d’adultes aurait sans doute reçu tout au plus quelques matches de suspension, cet entraîneur juniors s’est finalement trouvé suspendu pendant 100 jours, avec une amende de Fr. 500.-. Il a d’ailleurs été averti qu’en cas de récidive la sanction serait certainement très nettement plus lourde encore.

  5. Pour la Commission de Recours, si l’on ne lutte pas dès maintenant contre les dangereux formateurs, il ne faudra pas s’étonner que l’esprit sur les terrains de foot se dégrade à l’avenir…

  6. Le soussigné saisit aussi l’occasion du présent message pour attirer l’attention des clubs sur le fait qu’il leur incombe de gérer leurs entraîneurs, en particulier leurs entraîneurs de juniors. On sait à quel point il est difficile de trouver des entraîneurs de juniors. Mais ce n’est pas une raison pour tolérer n’importe quel comportement chez ces formateurs…

 

       Le Président de la Commission de Recours de l’ACVF :

       Philippe Rossy, av.

 

retour